BABYLON BURNING ZONE DE TRI

ZONE DE TRI Tout ce qui est intéressant à nos yeux se retrouve ici !!!*=*!!!

18 mars 2008

FREE TIBET

h_9_ill_1021466_lama

Après avoir été accusé par le gouvernement chinois d'être à l'origine des incidents qui ont lieu au Tibet, le dalaï-lama a assuré, mardi 18 mars, qu'il n'avait aucune prise sur la situation sur place et qu'il n'excluait pas de quitter ses fonctions si la situation se dégrade davantage. "Si les choses échappent à tout contrôle, alors la seule solution pour moi sera de démissionner", a-t-il déclaré devant des journalistes à Dharamsala, dans le nord de l'Inde, où il vit en exil depuis 1959.

 

Le leader spirituel des bouddhistes tibétains a également appelé ses compatriotes au calme, condamnant la violence et estimant que Tibétains et Chinois doivent vivre "côte à côte". "Nous ne devrions pas développer des sentiments antichinois. Nous devons bâtir de bonnes relations", a-t-il ajouté. Il a rappelé que l'indépendance du territoire himalayen n'était "pas à l'ordre du jour". A plusieurs reprises, le leader tibétain a prôné une autonomie culturelle de son pays par rapport à Pékin, qualifiée d'autonomie de la "voie moyenne".

LES TROUBLES SE PROPAGENT DANS LES PROVINCES CHINOISES

Le premier ministre chinois, Wen Jiabao, avait, mardi matin, accusé le dalaï-lama d'être à l'origine des "incidents horribles de Lhassa", soutenant que Pékin est en possession de "preuves" qu'ils "ont été organisés, prémédités, dirigés et incités par la clique" du leader tibétain. "Cela montre que la revendication de la clique du dalaï-lama de ne 'pas rechercher l'indépendance et de vouloir un dialogue pacifique' est un mensonge", a argumenté le dirigeant chinois à la clôture d'une session du Parlement.

"Prétendre que le gouvernement chinois mène un génocide culturel n'est rien d'autre qu'un mensonge sournois", a répondu Wen Jiabao. "Si le dalaï-lama renonce à l'indépendance et reconnnaît que le Tibet est une partie inaliénable de la Chine, comme Taïwan, alors notre porte est grande ouverte pour un dialogue avec lui", a-t-il ajouté. Le chef du gouvernement a par ailleurs reconnu pour la première fois que la contestation tibétaine s'est propagée à des provinces chinoises limitrophes du Tibet – Qinghai, Gansu et Sichuan – où vivent des minorités tibétaines.

Selon un bilan officiel des autorités chinoises, les émeutes à Lhassa ont fait treize morts, des "civils innocents" selon Pékin.  Les Tibétains en exil évoquent un bilan "confirmé" de 99 morts dans ces affrontements, dont 19 manifestants tibétains tués par balles dans la ville de Machu, dans la province Gansu, mardi. "Il y a eu une manifestation ce matin à Machu et la police a tiré sur eux", a déclaré Thubten Samphel, porte-parole de l'administration tibétaine en exil.

LES NATIONS OCCIDENTALES N'APPELLENT PAS AU BOYCOTT DES JO

Près de cinq mois avant l'ouverture des Jeux olympiques à Pékin, le gouvernement chinois n'a pas hésité à voir dans la crise actuelle au Tibet une tentative de déstabilisation à l'encontre des organisateurs. Pour Wen Jiabao,  "l'objectif épouvantable" des manifestants tibétains ne fait pas de doute : "Ils voulaient saboter les Jeux olympiques de Pékin", a-t-il martelé. Les nations occidentales ont appelé Pékin à faire preuve de retenue mais, selon le président du Comité international olympique, Jacques Rogge, nul gouvernement n'a appelé au boycott des Jeux.

Les autorités régionales avaient donné jusqu'à lundi minuit aux meneurs des manifestations pour se livrer à la police sous peine de s'exposer à des "sanctions sévères". L'ultimatum est passé sans que l'on sache si les opérations se poursuivent à Lhassa car aucun média étranger n'est habilité à entrer au Tibet. "Nous allons étudier la possibilité pour les médias étrangers de se rendre sur place pour constater la situation", a laissé entendre M. Jiabao, sans donner davantage de précisions.

Article tiré du journal "Le Monde"

 

Posté par Olaf Vinklaf à 15:11 - INFOS - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire